Fishing Times Blog

Earth has music for those who listen.

thumbnail

Truites estivales entre Bretagne et Normandie

Cela fait maintenant pas mal de temps que je pêche avec Lucas, et que je lui parlais de l’emmener à la truite. Nous avons donc profité du mois de Juillet pour caler quelques week-ends et partir à la recherche de dame fario.

Premier week-end, direction la Normandie, où Lucas a de la famille et où les truites sont assez présentes. Nous roulons de nuit et arrivons à temps pour pouvoir profiter de 3 ou 4h de sommeil.
Dès le lendemain matin, direction le premier spot. Lucas connaît le coin et sait à peu près où trouver les zones courantes de la rivière. Malheureusement, le niveau d’eau est bien inférieur à son habitude et les beaux spots se font plus rares.
Qu’à cela ne tienne, nous commençons la pêche et prenons rapidement quelques petits poissons.

Lucas prend vite le coup de main, et nous commençons à rechercher de plus gros poissons. En passant au D Contact 72, les touches se font très rares, je rate simplement un très beau poisson 3 fois sur le même lancer, qui suivra jusqu’à 3 mètres de nous depuis une zone calme et profonde.

Nous varierons ensuite beaucoup les spots, de la plus grande rivière du coin aux petits ruisseaux de plaines normandes. Quelques petits poissons mais pas les plus gros comme j’aimerais toucher. Les petites tournantes donnent bien sur les petits ruisseaux, tandis que les poissons nageurs sont plus efficaces sur les rivières un peu plus larges.

Pour le coup du soir, retour sur notre premier spot de la matinée, proche de la maison. Lucas reste au leurre tandis que je décide de passer à la mouche, tant pour répondre aux premiers gobages que pour tester ma nouvelle Marryat Tactical.
Les petites truitelles mordent immédiatement très bien sur de petits sedges, tout comme les petits chevesnes.

Aucun joli poisson n’est visible en activité, mais je m’obstine en montant en taille et en pêchant les plus beaux courants. Cela me vaut un joli gobage dans peu d’eau, suivi d’un bien joli combat pour le plus joli poisson du jour, sur un sedge en chevreuil son hameçon de 14, confectionnée par un bon ami qui se reconnaîtra !

Nous finirons notre week-end le lendemain matin sur la même rivière, un peu plus en amont, où les petites truites seront bien présentes notamment sur les petits crafts de Louis. Malgré un accès à la rivière assez compliqué, ce sera pour nous une fin de séjour appréciable.

Le weekend suivant, c’est à mon tour d’emmener Lucas sur mon terrain de jeu : direction la Bretagne bien sûr.


Nous commençons notre weekend par un spot au cadre magnifique, que je pêche assez peu. Après quelques centaines de mètres de marche, nous trouvons rapidement les poissons. Le niveau d’eau est bas et les herbes ont bien poussé, il faut s’en éloigner pour pouvoir pêcher efficacement. Les zones les plus courantes se montrent très productives, avec une truite dans presque chaque espace entre les rochers. Détail remarquable pour ce coin, seule une pêche en aval est productive, contrairement à d’habitude…ce n’est pas plus mal, il est toujours bon de pratiquer les pêches que l’on utilise peu, pour progresser et faire face à tous types de situations.

Nous prenons plaisir à prendre ces poissons, de taille modeste mais aux robes splendides. Sautant d’un rocher à l’autre pour changer de trou, la discrétion est de mise pour leurrer ces truites actives mais néanmoins méfiantes. Notre meilleure arme est ici l’AR-S, sur laquelle nous enchainons les poissons. Mon dernier modèle en 4.5g donne tout particulièrement bien, son poids est parfaitement adapté à cette pêche, avec cette intensité de courant, elle nage exactement à la bonne profondeur.

Dans un trou un peu plus profond, je finis par ferrer un plus joli poisson, mais ma précipitation pour le sortir fait frotter mon 18/100 sur le rocher voisin, et je perds malheureusement cette très belle truite, toute noire, qui aurait assurément été mon record sur cette rivière.
Même si les poissons restent de taille modeste, les touches sont nombreuses et le cadre extraordinaire : nous sommes comblés.

Beaucoup de petites truites, mais aussi quelques tacons, dont certains aux couleurs exceptionnelles :

Nous changeons de rivière pour l’après midi, pour essayer de trouver des eaux un peu plus courantes et donc susceptibles d’être mieux oxygénées. Direction un secteur encaissé au fond d’une vallée, nous apportant par la même occasion un peu de fraîcheur. Là encore les poissons sont bien actifs, et répondent bien non seulement sur les AR-S, mais aussi sur du poisson nageur entre 4 et 5 cm.
L’AR-S 3.5g dorée et l’AR-FS se seront tout particulièrement démarqué cet après-midi.

Le dernier jour sera un peu moins productif. Les poissons seront plutôt coopératifs le matin, mais le nouveau parcours testé l’après midi nous rapportera plus de perches que de truites, malgré un cadre somptueux.

Pour les curieux, adeptes de matériel de qualité et soucieux de la bonne santé de nos chères truites, j’utilise les assist hook de Truite et Ombre, que vous pouvez trouver ici :
https://www.facebook.com/truiteetombre/

De la superbe qualité et un large choix de tailles, vous pouvez y aller les yeux fermés !

Merci d’avoir lu et à bientôt pour un nouveau report d’une session Bretonne un peu exceptionnelle, mais surtout bonnes fêtes de fin d’année !

David

Une réponse à “Truites estivales entre Bretagne et Normandie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *